En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Nos vies scolaires

La mauvaise réputation

Par MICHEL PACCALET, publié le lundi 23 mars 2020 07:23 - Mis à jour le lundi 23 mars 2020 07:23
MauvaiseREp.jpg
Premières rumeurs dans les couloir de la cité scolaire, le virus arrive...

« Au village sans prétention, j’ai mauvaise réputation…mais les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux… » GEORGES BRASSENS 1952

On ne parle que de lui à la récré et dans les couloirs du lycée, sur les réseaux sociaux, en boucle à la télé et partout dans le monde. Précédé de sa mauvaise réputation, ce satané virus prend corps dans nos corps et l’inquiétude qu’il engendre dans nos esprits malmenés n’envoie pas, mais pas du tout, des signaux positifs. La peur est une réaction basique de notre condition de vivant, la sérénité est une attitude plus élevée à prendre au devant d’un problème d’envergure.

Des sentiments, d’autres errances, des inepties, d’autres crédulités et plein de questionnements font les conversations du moment : « super si la cité scolaire ferme pour cause de virus…vacances…J’ai vu sur Facebook que… » Autant de mots en l’air qui alimentent le feu de la contagion sont inquiétant dans nos civilisations en quête de lumière.

Pour l’instant à juste titre, c’est lui le virus qui est mal considéré. Mais attention fragile : les raccourcis irréfléchis marchent plus facilement que les grands pas pour l’humanité. Et si demain le stade 3 de l’isolement continue de s’installer,  je crains des jours sombres pour les hommes. Ne plus s’approcher, s’embrasser, se serrer la main…d’un contact lointain on fait vite un dédain, une suspicion…une mauvaise réputation !

« Je ne fais pourtant de tord à personne en suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome, mais les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux. »